19 novembre 2017

Bantutalk: La traite négrière arabo-musulmane d'hier à aujourd'hui (cause et effets)


Mboté mes bénés j'espère que vous allez bien.
Je vous retrouve aujourd'hui pour faire le point sur un "sujet d'actualité", qui au fond n'en est pas vraiment un puisque cette situation existe depuis des siècles mais est passée sous silence pour de multiples raisons: politiques, sociales, culturelles, religieuses et économiques comme le fut la Traite transatlantique

La différence entre la traite négrière transatlantique et la traite négrière arabo-musulmane c'est que la première est belle et bien terminée mais la seconde se poursuit jusqu'à aujourd'hui dans une fausse clandestinité car au fond connue de tous, dans des pays comme la Mauritanie, la péninsule arabique et comme on a tous put le voir cette semaine en Libye, avec ces images choquantes qui ne sont au fond qu'une petite face immergée de l'iceberg que représente la traite arabe qui a durée deux fois plus longtemps que la traite transatlantique qui n'a jamais été explicitement condamnée par les dignitaires arabes et les dignitaires religieux musulmans, qui n'a jamais connue de véritable abolition et se poursuit donc sans que les trafiquants soient inquiétés.
Cette traite la plus longue de l'histoire ayant transformé les sociétés arabes vers une mentalité fortement négrophobe.

Qu'est-ce qu'une traite:

 Une traite est un trafic consistant à échanger des marchandises contre des êtres humains ou à les acheter pour les employer ou les revendre en qualité d'esclaves.
Déshumanisante, le propre de la traite est de dénuer l'être humain de sa qualité d'homme et de le réduire à l'état de chose, bien échangeable comme un autre.
L'une des spécificités d'une traite est de nier de manière scientifique la qualité humaine des individus asservis par des thèses, des recherches étayant leur infériorité intellectuelle, culturelle et faire ainsi accepter plus facilement leur asservissement, dans le but même de convaincre ses individus de la nécessité de leur propre asservissement.

Deux traites répondant à cette définition ont laissées leur empreinte honteuse dans l'histoire la traite transatlantique "la célèbre traite" si je peux m'exprimer ainsi tout simplement car c'est celle-ci que l'on fait étudier aux enfants, c'est celle- ci qu'on commémore, c'est uniquement pour celle-ci que certains monuments ont été érigés en mémoire des déportés.
Cette traite transatlantique connue sous le nom de commerce triangulaire qui a eu lieu du 17ème au 19ème siècle.
Traite effectuée par les puissances occidentales sur les peuples de la côte ouest de l'Afrique subsaharienne, sur les rives sénégalaises (île de Gorée), sur les rives du Royaume du Dahomey (Ghana, Bénin, Togo), sur les rives du Royaume Kongo (Congo, Angola).
Ayant durée sur trois siècles elle a été officiellement abolie en 1848 mais officieusement les bateaux négriers cesseront véritablement leur trafic à l'aube du 20ème siècle.
Selon les estimations cette traite aurait fait près de 11 millions de victimes sur ces trois siècles.

La seconde Traite répondant à cette définition est la traite arabo-musulmane, connue sous le nom de traite orientale ou encore traite arabe a eu lieu du 7ème siècle jusqu'à officiellement au 20ème siècle et officieusement jusqu'à aujourd'hui.
Cette traite la plus longue de toute l'histoire à été effectuée par les arabes, les berbères, les persans et des peuples asiatiques sur les peuples d'Afrique noire du sahel (Mauritanie, Mali, Niger,Tchad) et d'Afrique de l'Est (Soudan, Ethiopie, Tanzanie, Mozambique).
Cette traite fera près de 30 millions de victimes le triple de la traite transatlantique.
Mais c'est la moins documentée, la moins commémorée et la moins connue, jusqu'à cette semaine ou les journalistes de CNN ont mis la caméra devant les marchés de la honte et de l'horreur mettant le monde entier devant un fait accompli que certains auteurs avaient déjà dénoncés tels que Tidiane N'diaye dans son ouvrage "Le génocide voilé" mettant sa vie en péril et s'attirant les foudres des deux communautés impliquées que l'on peut vulgariser par les arabes et les noirs?

Alors à l'ère du numérique, où l'information court plus vite qu'une ombre et se distille dans les débats de société en une traînée de poudre faisant des émules comme frappés par une poudre de perlimpimpim, pourquoi une telle hypocrisie sur la traite arabo-musulmane?

Afin de répondre à cette problématique, il nous faut revenir sur les causes de la traite
Pourquoi ce besoin d'esclaves? Pourquoi des esclaves noirs? L'Abolition? La dimension de génocide?Pourquoi ce silence? Le cas de la Libye?

Pourquoi ce besoin d'esclaves?

La religion musulmane étant apparue au 7ème siècle dès son apparition elle entame une expansion très rapide. Dès le début de la conquête arabo-musulmane le manque de main d'œuvre s'est fait sentir dans les citées entamant des politiques de grands travaux, dont la construction de mosquées, de palais...manque de main d'œuvre dans les mines de sel également et les plantations de girofle a Zanzibar mais également un besoin de l'armée avec les guerres religieuses, la nécessité du renouvellement des armées arabo-musulmanes étant cruciales pour effectuer la conquête.
La traite étant aussi organisée à des fins purement sexuelles afin d'alimenter les harems des sultans et des hommes fortunés, une nécessité de jeunes femmes et d'eunuques.

Pourquoi majoritairement des noirs?

En entamant une expansion sans précédent les arabes ont atteint l'Afrique du nord, territoire originellement berbère, les dirigeants d'Afrique du nord devenus musulmans ont commencés à asservir les peuples d'Afrique subsaharienne considérés comme étant infidèles et surtout inférieurs, à partir de là toute une mentalité raciste s'est installée et la traite des noirs n'était plus une question à débattre c'était devenu aussi logique que d'élever du bétail.
La traite commerciale très rapidement est devenue culturelle, l'esclavage une banalité et des écrits de
certains auteurs de l'époque ne laissent planer aucun doute sur le caractère raciste de la pensée d'alors et d'aujourd'hui quand on regarde le cas de la Libye.
Ibn Khaldoun philosophe tunisien de l'époque dira " Les seuls peuples à accepter vraiment l'esclavage sans espoir de retour sont les nègres, en raison d'un degré inférieur d'humanité, leur place étant plus proche du stade de l'animal" un discours digne de celui que tiendra "la lumière" Voltaire un peu plus tard dans l'histoire.
Et devant de telles inepties aucun intellectuel arabe ne se leva contre cette pratique de l'esclavage comme le précisa Tidiane N'diaye dans son ouvrage.
D'abord asservis par le fait qu'ils n'étaient pas musulmans, les africains subsahariens convertis auraient dût devenir des hommes libres et bien non malgré le fait qu'ils soient devenus musulmans ce n'était pas suffisant et ils ont donc été mis en esclavage durant plus de 10 siècles par le fait qu'ils était noirs donc inférieurs plus proche de la bête que de l'être humain les pensées de Ibn Khaldoun et de ses adeptes faisant autorité encore aujourd'hui dans certaines régions comme au Yémen ou en Mauritanie.

L'Abolition?

Certaines nations arabo-musulmanes ont entamées quelques démarches d'abolition comme ce fut le cas au Maroc et en Tunisie où un processus d'abolition s'est mis en place dans le courant du 20ème siècle soit quasiment un siècle après l'abolition officielle de la traite transatlantique.
Mais comme 1848 fut une date symbolique dans l'abolition de la traite transatlantique il n'y a pas de date équivalente dans le monde arabo-musulman ainsi l'esclavage dans la plupart des états n'a jamais été abolie et tacitement n'est pas considéré comme un crime répréhensible par la loi.

La dimension de génocide?

Ce qui surprend toujours lorsque l'on compare les deux traites, la traite atlantique et la traite arabe, on peut voir que l'esclavage à laissée des marques indélébiles sur le continent américain déjà par les hommes, la présence d'afro-américains du Brésil au Canada, le métissage culturel dans les caraïbes écho des cultures africaines dont sont issus les ancêtres de ces afro-américains.
Rien de comparable dans le monde arabo-musulman, bien que plus massive je rappelle près de 30 millions d'individus sont déportés, mais pas de trace, il n'y a quasiment plus de traces de noirs en Turquie, en Arabie saoudite, car la plupart des hommes ont été castrés, pour servir d'eunuques, les enfants issus de concubines noirs étaient automatiquement tués pour ne pas "métisser" le monde arabo-musulman, d'où la nécessité de renouveler constamment le nombre d'esclaves la durée des vies des castrés étaient minime, de plus très peu de jeunes garçons survivaient à la castration, les concubines noires du harem une fois perdues leur fraîcheur ne servait plus, et pour ceux enrôlés dans l'armée la durée de vie était également aléatoire.
Les noirs n'ont pas laissés de réelle trace physique sur ces territoires où ils ont été asservis si ce n'est dans le langage ou quelques termes ne laissent planer aucun doute tels que le terme "abd" désignant d'abord l'esclave, finira par désigner le noir en général. 

Pourquoi ce silence?

Aujourd'hui la plupart des pays d'Afrique subsaharienne ayant été victime de la traite arabo-musulmane sont devenus musulmans (Mali, Mauritanie, Sénégal, Tchad, Niger, Soudan, Tanzanie....), peut-être par solidarité religieuse, par tabou religieux et aussi par le fait que la plupart des nations arabo-musulmanes sont devenues très proches des nations d'Afrique subsahariennes musulmanes  et ensemble tendent à pratiquer cette politique "du passer sous silence les torchons sales de l'histoire".
En Europe aussi, arabes et noirs étant traités comme les vilains petits canards et ayant subit la colonisation se sont rapprochés et le blanc a finit par être considéré comme le seul méchant de l'histoire, pour ne pas endiguer cette prétendue cohésion sociale, cohésion des quartiers, cohésion des citées l'on a mis en avant que la traite transatlantique  en préférant passer sous silence la traite arabo-musulmane qui de fait historique est devenu un tabou.
Madame Christiane Taubira-Delanon d'ailleurs et bien d'autres se sont battus pour faire reconnaître la traite négrière transatlantique comme un crime contre l'humanité mais ont omis de faire ce combat pour toutes les traites y compris la traite arabe.
C'est critiquable, on ne va pas jouer à l'échelle de la terreur bien sur et comparer les souffrances car toutes les souffrances se valent et tous les crimes sont punissables...mais quand même 14 siècles d'esclavages, 30 millions de déportés et pas un mot et aujourd'hui en 2017 cela continue avec la Libye.
Les dignitaires arabo-musulmans et les dignitaires subsahariens y compris l'Union africaine doivent retirer leurs œillères et faire un réel devoir historique, devoir de mémoire et surtout devoir d'abolition sur ce qui fut et qui est la plus grande traite de toute l'histoire de l'humanité.

Le cas de la Libye

Comme la plupart des nations arabo-musulmanes, la Libye n'a pas connue d'abolition de la traite négrière, avant il était courant de dire que il existait des marchés aux esclaves noirs en Libye jusqu'en 1930 dans les villes de Benghazi, et Koufra, il est temps de réactualiser Wikipédia, il faut dire que il existe aujourd'hui encore en 2017 des marchés aux esclaves en Libye.
Et c'est la conséquence de ce processus de cette traite qui dure depuis le 7ème siècle dans le monde oriental.
Que dire si ce n'est que depuis 14 siècles, il ne fait pas bon d'être noir dans le monde arabo-musulman quand bien même ont est que de passage comme la plupart de ces migrants voulant rejoindre l'Europe ont peut se retrouver captif et d'homme libre en une fraction de seconde et échange de billets se retrouver la propriété de quelqu'un comme une chose sans valeur.

J'aimerais terminer cet article non pas comme je le fais d'habitude en musique mais par une citation de Frantz Fanon "Chaque fois qu'un homme a fait triompher la dignité de l'esprit, chaque fois qu'un homme à dit non à une tentative d'asservissement de son semblable, je me suis sentit solidaire de son acte", Peau noire, masques blancs.

Pensez-y.

Bisous sucrés love, Euloria.